L'iconique phare de Cap-des-Rosiers lors de la tombée de la nuit.

L’iconique phare de Cap-des-Rosiers lors de la tombée de la nuit.

La fin de la semaine s’annonçait nuageuse à peu près partout au Québec et ses alentours. Seule la péninsule gaspésienne semblait exempte de la pluie qui allait s’abattre sur le reste de la province. Après avoir considéré rapidement les autres options possibles, j’ai donc décidé de ramasser mes choses pour ensuite prendre la route vers cette région. Je n’avais pas réellement de plan. C’était une de ces escapades à l’improviste (comme je sais si bien les faire) où le seul objectif était de réussir une photographie que j’avais en tête depuis maintenant deux ans, soit de prendre le fameux phare de Cap-des-Rosiers à la tombée de la nuit.

Après tout près de 700 kilomètres de route, j’arrivais enfin à destination. C’était en fin d’après-midi, le soleil était radieux et il n’y avait que peu de nuages. La température était parfaite pour ce que j’avais en tête. Je pris le temps d’arpenter les lieux afin de trouver l’endroit où je voulais installer mon trépied. Comme il restait un peu de temps avant que le soleil se couche, je repris le volant pour aller rendre une petite visite du Parc National Forillon. Même si l’endroit commençaient de peine et de misère à bourgeonner et semblait toujours endormi, les animaux étaient très actifs. J’ai d’ailleurs rencontré des porcs-épics, un orignal, un chevreuil, un castor, et même une ourse avec deux mignons petits oursons.

Vers 19:00, alors que le soleil commençait à descendre, je retournais m’installer avec un sandwich et un café. Les quelques nuages qui étaient présents disparurent pour que la situation tant attendue depuis deux ans se présente enfin. Alors que les dernières lueurs du jour étaient toujours présentes et que les premières étoiles apparaissaient doucement, j’appuyais sur le déclencheur pour finalement obtenir la photographie ci-dessus. Terriblement satisfait par ce que je voyais dans mon écran, j’ai ramassé mes choses pour reprendre la route et m’arrêter pour la nuit quelques kilomètres plus loin.

Le lendemain matin, à 4:00, l’alarme sonnait. En ouvrant les yeux, je pouvais déjà voir les premières couleurs apparaître dans le ciel clair. Je me faisais une petite tartinade pour retourner au phare de Cap-des-Rosiers. Le ciel était complètement dénudé de nuages, mais l’humidité ambiante permettait une diffusion intéressante de la lumière et des couleurs. Je pris quelques photographies du phare et des rochers aux alentours. Le fleuve était déchaîné, donnant l’opportunité de capter d’intéressantes textures dans l’eau.

Un rocher lors du lever du soleil.

Un rocher lors du lever du soleil.

Le phare de Cap-des-Rosiers au lever du soleil.

Le phare de Cap-des-Rosiers au lever du soleil.

Le soleil était bel et bien levé et la lumière ambiante était tout à fait magnifique. Comme la scène était trop contrastée pour rester près des berges, je repris la route pour m’arrêter à un petit sentier dans le Parc National Forillon qui mène à une chute, le sentier de la chute. L’idée était de capter le cours d’eau qui, l’été, coule délicatement le long d’une parois recouverte de mousse. Arrivé sur place, la chute était loin d’être ce que j’avais imaginé puisque la crue des eaux avait considérablement accentué son débit. Ne pouvant pas rester à son pied, j’ai décidé de rebrousser chemin pour me rendre à un belvédère qui me donnerait un point de vue intéressant de la chute ceinturée par la forêt de cèdres. La lumière était chaude et diffuse. Je ne pouvais pas espérer mieux.

La chute du Parc National Forillon.

La chute du Parc National Forillon.

Après avoir marché dans la boue et l’eau, je pris le temps de me changer et de me reposer pour finalement décider de prendre le chemin vers Percé. Les paysages étaient magnifiques et la route était agréable puisque, contrairement à l’été, celle-ci était exempte des nuées de touristes, caractéristiques des étés gaspésiens.

Étant presqu’arrivé à Percé, je suis tombé sur une série de chutes qui coulaient le long des parois rougeâtres des montagnes. Je n’avais jamais vu ces cours d’eau. Peut-être sont-ils seulement présents lors de la fonte des neiges ? Toujours est-il que je pris le temps d’explorer l’endroit pour finalement prendre quelques photographies. Les textures des rochers étaient vraiment intéressantes.

Une des nombreuses chutes sur la route vers Percé.

Une des nombreuses chutes sur la route vers Percé.

Le soir venu, le projet était de prendre le fameux Rocher Percé en photo, et ce, d’un angle rapproché. Les nuages cachèrent hélas à la toute dernière minute le ciel, me laissant bredouille. Je me suis donc couché, me disant que j’allais revenir prochainement.

Je me suis levé le lendemain matin sous un ciel lourd et menaçant. Le mauvais temps avait rattrapé l’Est du Québec. Je suis donc parti après avoir capté le derniers rayons du soleil visibles sur la Péninsule et, par chance, ils se posèrent sur le Rocher Percé.

Un petit bateau partant au large.

 

L'île Bonaventure captant les premiers rayons du soleil.

L’île Bonaventure captant les premiers rayons du soleil.

Le Rocher Percé au lever du soleil.

Le Rocher Percé au lever du soleil.

J’ai expérimenté tous les types de température lors du trajet de retour. Je fis d’ailleurs un petit arrêt dans les alentours du village de Rivière-à-Claude pour prendre des photographies de la brume qui semblait jouer avec les montagnes. La scène était magnifique et angoissante.

Une épaisse brume cachant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Une épaisse brume cachant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Une brume rampante engloutissant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Une brume rampante engloutissant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Une épaisse brume cachant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Une épaisse brume cachant les montagnes de la Réserve faunique de Matane.

Le reste de la route se fit sans aucune anicroche. Un peu déçu d’avoir écourté mon séjour, j’étais toutefois heureux de retrouver mon lit le soir venu.

– – –

Si vous avez apprécié ce petit récit, n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Notez également que vous pouvez voir et lire d’autres récits imagés en vous dirigeant vers la section images et histoires.

Merci de la visite !

Pour me rejoindre
Facebook | G+ | Website

Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles, nouvelles, aventures, ateliers et promotions !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.