Kootenay_FGagnon_001

Samuel marchant dans le sentier nous guidant jusqu’à Floe Lake. On peut voir la gigantesque Paroi Rocheuse au loin.

Cet article fait partie d’une série de trois récits relatant différentes randonnées que mon frère et moi avons fait dans l’Ouest canadien durant l’automne 2014. Vous pouvez lire celui du Parc Provincial du Mont Assiniboine à cette adresse

Deux journées

Il était cinq heure. L’alarme avait sonné il y avait à peine quelques minutes et nous étions déjà en train de démonter la tente pour prendre la route. Il nous restait deux jours à passer dans l’Ouest canadien et nous avions décidé de les combler en faisant une randonnée dans le parc national de Kootenay, en Colombie-Britannique.

Kootenay_FGagnon_002

Lac Moraine, Parc National de Banff, Alberta

Nous avions donc quitté Banff très tôt le matin et, après une petite halte au Lac Moraine pour photographier le lever du soleil, nous étions arrivé au parc en début d’avant-midi. La route avait été particulièrement intéressante puisque la température alternait entre le brouillard, les nuages et le soleil.

Kootenay_FGagnon_003

Les montagnes environnant le Lac Moraine, Parc National de Banff, Alberta

Kootenay_FGagnon_004

L’autoroute 93, en Colombie Britannique.

Des différents sentiers qui s’offraient à nous, nous avions décidé de faire une section de celui de la Paroi Rocheuse. Cette partie nous guiderait jusqu’au Lac Floe, endroit où nous allions camper une nuit pour revenir le lendemain.

Kootenay_FGagnon_005

Le stationnement du Sentier de la Paroi Rocheuse, Parc National de Kootenay, Colombie Britannique.

Après s’être préparés dans le stationnement, nous commencions à marcher les 14 kilomètres qui nous séparaient de notre objectif. La température était agréable, ce qui annonçait une belle journée de marche.

Kootenay_FGagnon_006

Samuel marchant à travers les pins.

Marcher à travers une forêt brûlée

Les différents feux de forêts qui se sont succesivement produits en 2003 et 2004 ont laissé des marques encore visibles dans le parc. En effet, les jeunes pins verts poussant à travers les vestiges brûlés d’une ancienne forêt témoignent de la force à la fois de la destructrice et regénératice du feu. Le panorama est saisissant et contraste avec les autres parcs nationaux des environs. Il rappelle celui que l’on rencontre dans le Parc National des Grands-Jardins, au Québec.

Kootenay_FGagnon_007

Vestiges du feu.

Les traces laissées par les incendies sont perceptibles près du deux tiers du sentier. Cette partie s’effectue très bien puisque le chemin ne comporte pas de montées trop abruptes et plusieurs cours d’eau sont accessibles afin de s’y reposer ou d’y boire. Nous avons d’ailleurs franchi cette section du sentier relativement rapidement, ne prenant qu’une pause pour grignoter.

Kootenay_FGagnon_008

Vestiges du feu.

La situation a toutefois pris une autre tournure lorsque nous avons entamé les cinq derniers kilomètres. Premièrement, le sentier qui longe parfois des cours d’eau pouvait être difficile à repérer. Puis, des 850 mètres d’élévation à gagner, il y en avait environ 700 à gravir dans cette portion. Ces facteurs ont rendu la montée particulièrement ardue, nous forçant à faire plusieurs pauses pour reprendre notre souffle et bien s’hydrater.

Camper au milieu des mélèzes

Après avoir passé un peu plus d’une 1h30 d’ascension, nous étions finalement arrivés sur un plateau. Il ne restait que 500 mètres à marcher à travers une forêt majoritairement composée de conifères.

Kootenay_FGagnon_010

Un mélèze baignant dans la lumière de fin de journée, aux abords du Lac Floe.

Le sentier déboucha finalement sur le camping qui était placé en bordure du Lac Floe. Le paysage était saisissant : la gigantesque Paroi Rocheuse, semblant atteindre les nuages, surplombait le magnifique Lac Floe qui était ceinturé de mélèzes arborant leur couleur automnale. Nous avons alors pris quelques instants pour nous reposer et admirer la scène. Les cinq heures de randonnée se faisaient sentir.

Kootenay_FGagnon_009

Les branches d’un mélèze baignant dans la lumière de fin de journée, aux abords du Lac Floe.

Après avoir exploré brièvement les environs, nous avons choisi un emplacement pour monter notre tente. Le camping est tout ce qu’il y a de plus typique de ceux en arrière-pays : quelques endroits prédéterminés pour placer les tentes, un lieu pour se faire à manger, des casiers anti-ours, et quelques toilettes sèches.

Les nuages puis le brouillard

Nous nous étions installés, nous avions décompressé, mangé, et nous avions alors décidé de prendre nos appareils photos pour marcher sur la rive du lac. L’idée première de notre randonnée était de prendre des photographies de la Paroi Rocheuse et du Lac Floe durant le lever du soleil, moment où la lumière serait captée par l’immense montagne. Nous voulions toutefois être certain d’avoir un endroit avantageux et c’était la raison de notre petite exploration de fin de journée

Kootenay_FGagnon_012

La Paroi Rocheuse et le Lac Floe, Parc National de Kootenay, Colombie Britannique.

Nous avions déjà repérés différents endroits intéressants quand la lumière a commencé à graduellement changer de couleur. L’heure dorée était entamée. Sans réellement se poser de questions, nous avons installé nos trépieds pour travailler sur différentes compositions. Rochers, ruisseaux, arbres et branches : les possibilités d’avant-plans étaient nombreuses. À cela s’ajouta le ciel qui comportait d’intéressants nuages qui reflétaient parfaitement les couleurs de la lumière. Nous sommes restés tout près de 45 minutes à frénétiquement photographier.

Kootenay_FGagnon_011

La Paroi Rocheuse captant une lumière de fin de journée, Parc National de Kootenay, Colombie Britannique.

Lorsque le soleil se coucha finalement, les nuages avaient commencé à envahir le ciel. Nous avons donc remballé nos choses pour finalement nous rendre à notre tente et nous coucher.

Kootenay_FGagnon_013

La Paroi Rocheuse et le Lac Floe, Parc National de Kootenay, Colombie Britannique.

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous sommes levés pour aller capter le premiers rayons du soleil. À notre grande surprise, tout était couvert d’un brouillard si épais qu’il nous était impossible de discerner les montagnes. Nous avons donc déjeuné, pris quelques clichés, pour finalement reprendre le sentier et arriver à notre voiture vers le milieu de l’avant-midi. Notre plan initial était tombé à l’eau, mais nous avions au moins profité des couleurs du coucher de soleil.

Kootenay_FGagnon_014

Le brouillard.

Le soir venu, nous étions dans le vol de retour pour Québec. Cette brève randonnée avait magnifiquement conclu notre périple dans l’Ouest canadien.

Ressources :

Parcs Canada
Parc National de Kootenay

Kootenay_FGagnon_015

Le brouillard, le Lac Floe et moi.

Commentaires Facebook
Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles, nouvelles, aventures, ateliers et promotions !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.