Cet article fait partie d’une série de billets photographiques sur la province de Terre-Neuve, au Canada. Vous pouvez accéder à la collection entière en cliquant sur ce lien.

Le Parc national de Gros Morne est situé sur la côte Ouest de la province de Terre-Neuve. Il a une superficie de plus de 1800 KM2 et s’ouvre sur le Golfe du Saint-Laurent. Fjord, montagnes, rivières, chutes et j’en passe, l’endroit regroupe une formidable diversité géologique et constitue selon moi l’un des plus beaux parcs nationaux du pays ! D’un point de vue de photographe de paysage, Gros Morne est exceptionnel. Quelqu’un pourrait y passer un été entier et être encore surpris par la richesse dont il regorge.

Les photographies présentées dans cet article ont été durant quatre voyages à Terre-Neuve, dont deux lors de voyage guidés avec plusieurs autres photographes. D’ailleurs, si vous êtes intéresé.e.s à me suivre dans une aventure, cliquez ici pour plus d’informations.

Vous remarquerez que malgré le fait que ces périples ont été effectués durant le mois de mai, juin et août, certaines photos comportent de la neige, la province ayant un printemps plus élastique que d’autres endroits. Comme à l’habitude, les photographies sont accompagnées de légendes afin de vous indiquer le lieu et une certaine description. Notez également que j’ai divisé cet article en deux sections correspondants aux secteurs du parc. 

Merci de votre visite et bon visionnement !

Légende de la photographie en en-tête : Les impressionnantes falaises de plus de 700 mètres se reflétaient dans l’eau calme du Western Brook Pond.

The Highs and Lows of Eastern Canada

En 2015, je visitais Terre-Neuve dans le cadre d’un projet personnel de vidéo timelapse portant sur les paysages de l’Est du Canada. Plusieurs scènes captées dans cette province s’y retrouvent. Je vous invite à y jeter un oeil si ce n’est pas déjà fait.

Réflexions et commentaires

Si vous avez des questions ou des commentaires, je vous invite à m’écrire, que ce soit en utilisant l’espace ci-dessous ou par l’entremise des moyens listés ci-contre. N’hésitez pas à partager si vous appréciez ce que vous voyez. 

Pour me joindre
Facebook  | Courriel | Infolettre | Instagram


Après plus de 1500 km de route, une nuit passée sur le traversier, plusieurs heures de montée, nous étions finalement rendus au sommet du Mont Gros Morne, dans le parc national portant le même nom. Ci-dessous, mon frère en train de contempler les magnifiques panoramas du haut du Mont Gros Morne.

La chaleur de l’air contrastant avec l’eau du Golfe Saint-Laurent avait créé une brume chaude qui restait stationnaire sur les parois du fjord.

Ces chaises parsèment les parcs nationaux du Canada et sont en quelque sorte devenues une icône. Celles-ci donnent directement sur le Golfe Saint-Laurent.

Les petits résineux rabougris parsèment le parc. Par temps brumeux, leurs silhouettes ressemblent à des petits fantômes.

Du haut du petit village de Norris Point, il est possible d’apercevoir les Tablelands et le village de Bonne Bay.

La fameuse « Pissing Mare Falls » à travers brume, neige et pluie.

Les incroyables falaises, certaines faisant plus de 750 mètres, du Western Brook Pond Fjord.

Terre-Neuve peut nous réserver des surprises. En ce 1er juin 2018, nous nous étions réveillés sous 15 centimètres de neige. Loin de nous freiner, nous avions profité de cette météo pour explorer les paysages enneigés.

blue, blue hour, canada, clouds, fog, gros morne national park, gulf, hills, labrador, landscape, lobster head cove, long exposure, mist, mountains, newfoundland, north america, purple, rain, river, rocky harbour, saint-laurent, sea, seascape, snow, twilight. gros morne

Les lourds nuages mimiquaient les rochers de Lobster Head Cove. Cette nuit en particulier, nous avions dormi sous des vents de plus de 100 km/h !

Le petit quai de Lomond sous d’épais nuages. La pluie ne s’était pas fait attendre.

Des nombreux endroits que j’ai pu visiter dans les dernières années, le Parc National du Gros Morne, à Terre-Neuve, en est un qui m’a réellement fasciné, et ce, particulièrement pour une région nommée les Tablelands. Issus d’une collision entre les continents, les Tablelands sont un des rares lieux où l’on peut voir une coupe transversale de la croûte océanique. Le spectacle est saisissant lorsque l’on roule sur la route 431. Alors que tout est verdoyant d’un côté de la route, de l’autre, un énorme plateau rocheux stérile prend place dans le paysage.
Lors de mon passage à Terre-Neuve en 2013, c’était un endroit que je voulais explorer en profondeur. La météo maussade m’a cependant forcé à ne rester qu’une journée, moment à l’intérieur duquel j’ai pris cette image. 

La végétation pousse très difficilement sur les Tablelands.

Les rayons du soleil de fin de journée frappaient très sélectivement les parties de ce cours d’eau, donnant des merveilleux contrastes de couleurs.

La lumière de fin de journée colorait subtilement les nuages et la forte chute. C’était à la fois doux et puissant.

Les Tablelands sont remplies de surprises. Cette soirée en particulier, les couleurs avaient envahi le ciel, se réfléchissant sur les eaux cristallines de la rivière.

Elles captaient les dernières couleurs alors que le jour tirait à sa fin.

Les couleurs sont rares au Parc National du Gros Morne. Un photographe alerte peut toutefois bénéficier de certaines coups de chance. C’était le cas ici.

Je sortais tout juste d’un marécage où trois orignaux m’avaient foutu une peur bleue. Le ciel était en grande partie couvert et je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une percée de soleil. J’étais donc en train d’enlever mes bottes pour enfiler des chaussures plus confortables quand les nuages ont tranquillement commencé à laisser place à quelques parties de ciel. Il ne me restait pas beaucoup de temps avant que le soleil se couche. J’ai donc embarqué rapidement dans la voiture pour me diriger vers une grève que j’avais préalablement repérée et qui était peuplée de gros rochers. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. C’était, comme on fait beaucoup en photographie de paysage, un essai qui se solde hélas souvent par une erreur. Je n’ai par contre pas été déçu de faire l’effort supplémentaire. Le spectacle a été tout simplement incroyable puisque, juste avant que le soleil se couche, les nuages laissèrent passer sa lumière douce et chaude entre les gros rochers.

La Voie lactée s’érigeant au-dessus du petit étang Trout River. L’eau, parfois trouble, brisait le parfait reflet.

Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles, nouvelles, aventures, ateliers et promotions !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.