Lorsque l’on s’adonne à la photographie de paysage nocturne, il y a certains éléments ou événements qui deviennent plus intéressants que d’autres, ne serait-ce que par leur rareté ou par leurs qualités esthétiques. La Voie lactée en fait certainement partie. En effet, que ce soit par ses couleurs, sa luminosité ou sa forme, elle peut devenir un atout important à une composition. Certaines connaissances sont toutefois nécessaires pour la photographier efficacement et c’est ce qui fera l’objet de ce petit guide.

Une série d’articles portant sur la photographie nocturne

Cet article fait partie d’une série de billets portant sur la photographie de paysages nocturnes. Si vous êtes intéressé.e.s par ce type de photo, je vous invite à jeter un oeil aux liens ci-dessous. 

La Voie lactée, c’est quoi ?

La Voie lactée est une galaxie dont le système solaire fait partie. Comme nous nous situons à son extrémité et qu’elle a une forme de disque constituée de 200MM à 400MM d’étoiles, lorsque nous l’observons de la Terre, elle ressemble à une bande blanchâtre, de là son nom. 

Qu’est-ce qu’on veut photographier exactement ? 

Même si la Voie lactée comprend plusieurs parties, c’est le bulbe galactique ou, plus simplement, son centre qui est le plus intéressant à photographier. C’est la partie la plus chargée en étoiles et donc la plus lumineuse et colorée. 

Y-a-t’il un moment propice ? 

Il est possible d’observer la Voie lactée tout au long de l’année. Dans l’hémisphère nord, son centre est toutefois visible qu’à partir de la fin février jusqu’à la fin d’octobre. Durant cette période, le moment de la nuit où il est possible de photographier la Voie lactée varie et son apparence change également. Par exemple, en février, la bande centrale n’est visible qu’en fin de nuit et se situe tout près de l’horizon. Le temps de visualisation s’améliore cependant de jour en jour pour qu’en juillet en août elle soit visible la très grande partie de la nuit. La bande centrale se dressera à 90° par rapport à l’horizon. La fin de la saison d’observation viendra avec la mois de septembre et octobre où la bande centrale ne sera visible qu’en début de nuit. 

Pour vous aider à mieux comprendre la saison d’observation de la Voie lactée, j’ai créé le tableau ci-dessous. Notez que le temps peut varier tout dépendant d’où vous vous situez dans l’hémisphère nord. Ces données s’appuient sur celles du Québec méridional. 

Mois Lever Coucher
Janvier
Février 4h30 5h30*
Mars 2h30 5h*
Avril 1h30 4h30*
Mai 23h30 3h30*
Juin 22h30* 3h*
Juillet 22h* 3h
Août 21h30* 1h
Septembre 20h30* 23h
Octobre 19h30* 21h
Novembre
Décembre
* Début/fin du crépuscule astronomique

Photographie prise le 1er juin à minuit. Parc national du Gros-Morne, Terre-Neuve, Canada

Comment repérer la Voie lactée ? 

La position de la Voie lactée variera à mesure que la saison avancera, se déplaçant du sud-est au sud-ouest. Ainsi, en regardant au sud, il vous sera possible de la repérer. 

Des applications peuvent être également très utiles pour planifier les séances photographique ou repérer le centre de la galaxie plus efficacement. J’utilise personnellement The Photographer’s Ephemeris (TPE). D’autres applications comme Photo Pills ou Star Walk sont également d’excellentes alternatives. 

Est-ce qu’il y a des contraintes limitant la visualisation de la Voie lactée ? 

Il est possible d’observer la Voie lactée dans un ciel sombre, dénudé de nuages et de pollution lumineuse. Cela signifie qu’elle ne sera pas visible près des centres urbains ou lorsqu’une lune de plus de 15 % à 25 % est présente dans le ciel. Il est fortement recommandé d’utiliser Dark Site Finder ou l’application TPE pour trouver un site adéquat.

De plus, il est important de comprendre que le centre de la Voie lactée a une élévation qui varie en fonction du moment de la saison. Il faut donc être conscient qu’un horizon qui n’est pas dégagé pourrait empêcher l’observation.

Photographie prise juste avant le lever de la lune, durant le début du crépuscule astronomique. Trente minutes plus tard, la lumière de la lune rendait impossible de visualiser la Voie lactée.
Photo prise Baie-Saint-Paul, Québec, Canada.

Est-ce qu’il y a des techniques particulières pour photographier la Voie lactée ?

Photographier la Voie lactée n’a rien de différent que de photographier n’importe quel ciel nocturne. C’est davantage une question de planification afin de pointer l’objectif au bon endroit. 

Pour plus d’informations sur comment photographier le ciel nocturne, je vous invite à lire cette série d’articles.

En bref, qu’est-ce qu’il faut retenir pour photographier la Voie lactée ? 

Il y a plusieurs éléments à retenir pour pouvoir photographier adéquatement la Voie lactée :

  • Le centre de la Voie lactée est l’élément le plus intéressant à photographier puisqu’il est le plus brillant et coloré.
  • Il est possible d’observer la Voie lactée de la fin février à la fin octobre. Le meilleur moment est toutefois durant les mois de juillet et août puisqu’elle est visible durant la majeure partie de la nuit. 
  • Le centre de la Voie lactée est visible au sud. 
  • Pour voir la Voie lactée, il faut un ciel sombre, sans nuages, n’ayant pas beaucoup de pollution lumineuse, que celle-ci soit de nature humaine (villes et villages) ou provenant de la lune (>15 % / 25 %). 
  • La géographie est importante puisqu’un terrain ayant des montagnes peut cacher le coeur, et ce, plus spécifiquement au début et à la fin de la saison alors que le centre de la Voie lactée est près de l’horizon. 
  • Photographier la Voie lactée n’a rien de différent que de capter n’importe quel autre type de ciel nocturne. Il ne suffit effectivement que de suivre quelques étapes déjà couverte par ce guide.

Réflexions et commentaires

Si vous avez des questions ou des commentaires, je vous invite à m’écrire, que ce soit en utilisant l’espace ci-dessous ou par l’entremise des moyens listés ci-contre. N’hésitez pas à partager si vous appréciez ce que vous voyez. 

Pour me joindre
Facebook  | Courriel | Infolettre | Instagram


«Les patineuses»
La nuit était extrêmement calme. Elle contrastait énormément avec les vents que nous avions reçu dans la vallée durant la journée. Je m’étais installé sur le bord de la rivière Malbaie, espérant que la planification effectuée quelques jours auparavant serait fructueuse. L’objectif était de capter la Voie lactée au milieu de la vallée, occurence n’arrivant que quelques jours durant l’année compte-tenu de l’étroitesse des parois.
La nuit était enfin tombée et, après avoir eu quelques ennuis avec une hermine un peu trop curieuse, le coeur de notre galaxie se positionna enfin au milieu de la vallée, se reflétant sur les eaux dérangées que par quelques patineuses — Gerris.
Pour les personnes curieuses, les lueurs que vous apercevez sont celles de certaines municipalités de Charlevoix et l’impressionnant dôme lumineux de Québec, situé à plus 150km à vol d’oiseau.

Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles, nouvelles, aventures, ateliers et promotions !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.